Sélectionner une page

 

Marseille peut changer de destin. Vendredi, La Tribune a fait paraître un sondage sur les élections municipales à Marseille. Si je sais qu’un sondage est toujours partiel, ces résultats dessinent un horizon pour lequel je me bats depuis plus de 20 ans.

Une victoire des forces écologiques et sociales est possible dans notre ville.

Aujourd’hui, ce n’est pas de l’avenir d’EELV dont il s’agit, mais de la prise de pouvoir de nos idées, et de l’avenir des Marseillaises et des Marseillais. Pour la première fois, depuis que j’ai commencé à m’engager pour l’Écologie politique, nous pouvons changer le cours des choses et le destin de près d’un million d’habitants.

Notre responsabilité n’est pas de nous faire plaisir ou de faire un score. Comme si arriver troisièmes était devenu un but en soi. Notre responsabilité est de créer les conditions pour arriver premiers, de changer Marseille, pour la rendre enfin plus verte et plus juste.

Si nous partons seuls, isolés, les écologistes pourraient éventuellement valider une percée historique, un score, mais cela ne changera rien à l’air que nous respirons, à l’eau que nous buvons, à nos rues, nos jardins, notre mer Méditerranée, nos logements, nos espaces verts, au développement écologique, durable et social dont Marseille a besoin.

Au contraire, face à la montée des tenants de la haine, la division peut amener à la disparition totale des forces écologistes, sociales et progressistes dont notre ville a besoin.

L’avenir du Parc Longchamp, du Boulevard Urbain Sud, des cantines de nos enfants ou de la nature en ville dépend de nos choix. Chaque arbre coupé, chaque parcelle bétonnée, chaque plat industriel servi à la cantine à nos enfants peut aujourd’hui être évité. A nous de nous en donner les moyens.

Unis aux autres forces citoyennes, écologistes et sociales, la possibilité d’une ville plus verte et plus juste est à portée de main. Face à la crise écologique et sociale qui frappe notre ville, les Marseillais-es espèrent un sursaut des forces de progrès.

Notre responsabilité, à nous écologistes, est immense, et ma conviction renforcée. Face aux enjeux de la ville la plus polluée de France, la plus inégalitaire du pays, face à la chance historique qui s’offre à nous, nous n’avons pas d’autre choix que de nous dépasser, pour Marseille et pour les Marseillais-es.

Les élections précédentes ont démontré que seule la liste arrivée première au premier tour est en capacité de gagner le second. Une bataille ne se gagne jamais seul, l’union est notre seul espoir. Ne gaspillons pas nos énergies, rassemblons-nous pour changer Marseille.

 

Michèle Rubirola
Conseillère Départementale de Marseille

S'inscrire à la newsletter

Tenez-vous au courant des actualités politiques de Michèle Rubirola, Conseillère Départementale des Bouches-du-Rhône (EELV), et médecin de santé publique.

Inscription réussie, à bientôt!

Share This

Partager cet article